X

Le lin et les fibres végétales techniques

 

Pour un développement durable, il est nécessaire d’étudier les capacités des fibres végétales à devenir des agromatériaux, pour remplacer progressivement les fibres minérales (fibres de verre, laine de roche…) ou artificielles (polyester…). Tout ceci demande des moyens importants de recherche et d’expérimentation qui sont de plus en plus partagés.

 

Fédérer les producteurs de fibres végétales en France

Onze industriels producteurs de fibres, de renforts ou acteurs de la chimie du végétal se sont réunis en 2008 pour partager leurs efforts d’innovation concernant l’utilisation des fibres végétales issues de cultures dédiées comme le lin fibre, le chanvre et le miscanthus, ainsi que les coproduits agricoles (pailles de céréales et d’oléagineux…), viticoles (ceps et sarments de vigne…) ou agroalimentaires (coques de tournesol…).

Cette structure « Fibres Recherche Développement » (FRD) fédère des industriels qui représentent 15% de la production nationale de plantes à fibre dont le lin et le chanvre.


Valoriser les performances des fibres végétales

Les fibres végétales comme le lin ont des caractéristiques spécifiques : mécanique, souplesse, légèreté, isolation, absorption, bilan environnemental.

Dans de nombreux domaines : bâtiments, transports, sports, loisirs, ameublement, isolation, plasturgie…), les professionnels souhaitent pouvoir valoriser les performances des fibres végétales. Mais pour cela, ils doivent répondre à de nombreux enjeux : choisir les fibres les mieux adaptées, tester des formulations, analyser les caractéristiques de leurs produits, la régularité qualitative, répondre à des cahiers des charges, réaliser les études et pré-tests de marché, évaluer les données environnementales.

 

C’est ainsi que la plateforme FRD est au cœur du Pôle de compétitivité « Industries et Agro-ressources ». C’est la structure référente pour le développement des agromatériaux à base de fibres végétales.

Filament de lin pour imprimante 3D